CHANGEONS NOISY LE ROI

COMPTE RENDU CONSEIL MUNICIPAL DU 4 AVRIL 2022

 

Nous avons choisi d’axer notre compte rendu sur le sujet financier uniquement car il n’a pas été débattu en Conseil Municipal.
Nous tenons à vous faire part d’un élément du Rapport de présentation du Budget Primitif pour l’exercice 2022.

 

La courbe parle d’elle-même. Ce budget prévisionnel dégage une épargne brute inférieure à 1 million, 760 000 seulement !

La capacité d’autofinancement (CAF) baisse vertigineusement et atteint un seuil fragile. Cette CAF doit  permettre de couvrir tout ou partie des dépenses réelles d’investissement (remboursement de dettes, dépenses d’équipement). Elle représente le résultat de l’exercice auquel on rajoute celui de l’exercice précédent pour obtenir un résultat global ou cumulé.

Cette CAF est grevée par les dépenses liées au Projet Montgolfier. Il est à noter que ce projet entraine une inscription d’un emprunt de 1,6 millions d’euros.

Des emprunts sont aussi prévus pour les réhabilitations de la voierie, le remplacement d’arbres ou d’arbustes, la création de sanitaires à la Roseraie et les études de l’extension du cimetière.

Le tableau suivant est clair aussi notamment en ce qui concerne l’évolution de l’épargne  de gestion et de l’épargne brute entre 2017 et 2021.

Quelques éléments supplémentaires :

  • Pour la rénovation de l’éclairage public, le budget évolue considérablement de 1 334 000 € TTC à 1 868 000 € pour palier à l’augmentation des coûts et au changement de poteaux (pas prévu dans le devis ???) soit + 40%

  • Pour la rénovation de l’église saint Lubin, le budget est passé de 480 000 € en 2021 à 830 508 € à la suite d’un changement d’architecte !!!

  • Pour le très « cher » quartier Montgolfier :

    • 70 000 € au budget primitif

    • 249 000 € accompagnement Montgolfier !!!

En 2021 74 000 € avaient déjà été budgété, sans compter sur le déplacement du Centre Technique Municipal, rendu obligatoire pour le projet, pour un côut de 50 000 €

Face à de tels montants il est difficile de « Prendre de la hauteur »

Plan de Prévention du Bruit dans l'Environnement (PPBE) de Versailles Grand Parc (VGP)

Soucieux de l'environnement de vie des Noiséens la liste "Changeons Noisy-le-Roi" soutient l'action de l'association AC2NB en publiant leur rapport et appelle les maires membres du conseil de VGP à ne pas approuver le PPBE si il n'intègre pas une vraie étude environnementale et de vraies solutions.

Compte-Rendu des 2èmes ateliers sur
le nouveau quartier "Montgolfier


Un décryptage de l'action municipale en matière d'urbanisme
 

Deux sujets au programme de ce nouvel atelier : la végétalisation du quartier et l’équipement culturel.

L’équipe municipale est venue moins en force que lors du précédent atelier, seuls les élus travaillant autour du projet étaient présents : Guy Turquet de Beauregard le Monsieur Grands Projets de la Ville, Delphine Fourcade adjointe à l’Urbanisme, Patrick Koberlé adjoint au Social, Dominique Servais délégation Culture, Roch Dossou délégation circulation douce, Stéphane Moreau adjoint sport-sécurité et juridique, Jérôme Duvernoy délégation environnement, ainsi que le Maire et son Premier adjoint.

Contrairement au précédent atelier chacun était libre, y compris nous élus de l’opposition, de s’assoir à la table de son choix. L’organisation de ces tables de travail fut la même que précédemment, avec une notoire amélioration le passage des gommettes aux feutres de couleurs !

La session a commencé par un rappel et un compte rendu du précédent atelier. Pour mémoire deux réunions d’informations avaient déjà eu lieu en 2019, au cours desquelles les participants, n’avaient eu qu’un aperçu furtif de ce projet. La preuve que la mandature précédente avait déjà élaboré ce soi-disant nouveau projet ! prévu pour 2023 comme l’a dit le maire dans « Les nouvelles de Versailles » du 26/01/2022.

Une équipe de 3 personnes, prestataire extérieur, avait la charge de l’animation. Ils nous ont donné une consigne claire « Laissez-vous rêver ! »

Ce rêve ne fut que de courte durée !!!

Comme lors du précédent atelier aucune réponse aux demandes de précisions des participants. Certaines tables avaient besoin d’éclaircissement sur les volumes, l’implantation précise de l’espace culturel, d’autres avaient besoin d’éclaircissements sur la globalité du programme, demandaient un plan plus clair, pour pouvoir se projeter mais toujours sans réponse. Au lieu de ça il nous était demandé de plancher sur des questions de détail : revêtements du sol, types de végétation…

A toutes ces questions légitimes et nécessaires pour l’élaboration d’un projet architectural, la réponse donnée par les animateurs était toujours « Laissez-vous rêver ! » !!...Cela se passe de commentaire.

En 2022 à l’heure du digital une présentation en 3D aurait permis aux participants de mieux appréhender ce projet. Comme l’aurait dit un membre de la majorité municipale, présent à cet atelier, de prendre de la hauteur quant à l’évolution de notre ville avec l’apport d’un nouveau quartier.

La session s’est terminée par un compte rendu de chaque table et de remarques orales diverses. Les personnes souhaitent de la végétation durable et ont eu du mal à comprendre le respect des cônes de vue sur la plaine de Versailles ? (LA RD307 étant au milieu)

Pour l’équipement culturel, le souhait est de ne pas faire concurrence à Bailly avec un espace polyvalent multi activités de préférence et surtout des buvettes, kiosque et restaurants avec un accès facile et des parkings.

Ces ateliers furent très décevants au regard de l’argent dépensé par la municipalité pour élaborer ce projet. Pour l’année 2022, il a été budgété 319 000 € pour les frais de consulting à cela s’ajoutent 50 000 € pour le déplacement du bâtiment des services techniques.

Une somme de 74 000 € avait déjà été engagée en 2021 pour encore une fois du consulting.

La méthode utilisée par la municipalité est inappropriée face à un tel projet. A l’heure de la mise en place de la démocratie participative dans beaucoup de communes, il eût été plus judicieux de faire appel à la population avec un référendum. Mais comme l’ont conseillé les animateurs de ces ateliers on peut rêver. Qui peut croire que des sujets d’une telle envergure puissent être étudiés par la population en 1 heure de temps et de cette manière. 

Le mot de la fin est venu d’un jeune homme qui demande instamment au Maire « de ne pas faire Versailles ici » !

 

« Laissez-vous rêver ! » = Vous pouvez toujours rêver !

Compte-Rendu des 1ers ateliers sur le
nouveau quartier "Montgolfier


Un décryptage de l'action municipale en matière d'urbanisme

Nous partagions l’idée de mettre en place des ateliers sur l’évolution urbanistique de notre ville

Quelle n’a pas été notre déception de voir que ceux-ci n’ont été qu’un remake de ceux qui se sont déroulés en 2019

Le but de ces ateliers étant d’amener les participants à approuver ce qui a déjà été décidé. Il aurait été plus intelligent de partager les éléments structurants de ce projet à savoir l’esthétique des bâtiments, la qualité des matériaux, le respect des normes afin que ce projet soit de qualité.

De plus, en tant que citoyens élus, nous avons été sommés à n’émettre aucune opinion ou suggestion et de ne pas nous asseoir aux tables de travail car nous étions trop impliqués dans le projet. N’est-ce pas pour cela que nous avons été élus, nous impliquer pour le bien de notre ville ? Mais nous ne nous sommes pas privés de prendre la parole. L’avenir de notre ville ne peut pas être entre les mains d’un groupe d’élus qui décide de tout.

Mise à part une réunion de municipalité, nous n’avons eu, en aucun cas, le droit d’émettre notre opinion avant ces travaux dirigés. Au contraire on nous fait passer pour des opposants systématiques à tout projet.

Néanmoins voici le résumé de cette réunion :

 

 

A chaque table un support papier grand format avec une dizaine de photos de places de grandes villes (Bordeaux,Toulouse !!!) et de commerces : épicerie bio, Carrefour Market, distributeur automatique, des projets d’activités et de commerces probablement déjà choisis par la municipalité. A chaque table un animateur du cabinet en conseil d’animation pour nous empêcher de débattre et de dévier du sujet principal (ne surtout pas poser les questions qui fâchent ! type la superficie de chaque commerce)

Des gommettes de couleur nous étaient fournies et nous nous sommes « amusés » à les coller (en mode dernière année d’école maternelle). Nous vous laissons juger par vous-même du niveau de profondeur de l’exercice…

Les animateurs nous poussaient à choisir le type de revêtement de la place (pavée ou non), la forme rectangulaire ou en arrondie, du minéral ou du végétal. Très bien mais ce travail aurait dû nous être proposé qu’en toute fin d’élaboration du projet …. Pas l’ombre d’une maquette ! on ne sait toujours pas à quoi cela va ressembler.

Aucun élément important ne nous était fourni pour pouvoir réfléchir sur les thèmes de l’atelier : la taille de la place (à force de questionnements nous l’avons quand même obtenue : 2500 m2), la superficie consacrée aux activités commerciales (réponse de Mr Le Maire : nous ne pouvons vous la fournir puisque nous partirons des idées données ce soir !). Ce retournement de questionnement en a fait sourire certains, comment peut-on croire qu’une fourchette de superficie ne peut pas nous être donnée. Off, le délégué aux grands projets nous répond : cela sera entre 300 et 600 m2, donc pas grand-chose.

En synthèse, l’équipe d’animation restitue les travaux en conclusion de la soirée mais oublie de mentionner la RD 307 à proximité et par conséquence un niveau de bruit qui sera intolérable. Le bruit donc, le stationnement, la sécurité et la circulation entre les différents quartiers sont les éléments importants pour les participants mais complètement occultés du débat.

Nous avons pu chacun à notre table donner des informations aux autres participants, informations issues des différentes réunions que nous avons eues sur le sujet en tant qu’élus. Certains des élus de la majorité se sont appliqués à faire le tour des tables pour discuter avec les participants et surtout passer le mot que nous, opposition, étions des menteurs et désinformions les Noiséens. L’argument est éculé et prouve à quel point l’équipe municipale n’a que très peu de contre arguments et justifie sa fébrilité. De quoi ont-ils peur ?

Vous l’aurez conclu, nous avons assisté à un faux semblant de participation à la construction de ce projet et à un déni de démocratie.

Vous devez savoir que toute liberté d’initiative vient d’être bloquée sur l’intégralité de cette zone par une décision municipale en date du 14 février 2022 pour être certain que l’arrivée du tram 13 ne permette pas le développement d’activités économiques comme cela était prévu au départ et qu’aucun projet de permis de construire ne puisse entraver le projet Montgolfier.

Vous devez savoir que la proposition d’épicerie BIO sur laquelle nous devions émettre un choix lors de cet atelier est déjà acté. En effet suite à un concours organisé par la SNCF, la gare sera transformée en un espace Tiers Lieu comprenant une épicerie Bio et un café. C’est un magnifique projet et nous félicitons le lauréat noiséen pour cette excellence initiative. Pourquoi ne pas en avoir fait la publicité ?... Pour pouvoir dire plus tard que c’est un choix ressorti de ces ateliers ?,…

Vous devez savoir que les permis de construire pour ce projet sont prévus depuis 2013 (cf : Nouvelles de Versailles du 26 Janvier 2022 dans la rubrique "Liens"). Comment croire vu le délai très court imparti que les Noiséens sont parties prenantes dans l’élaboration de ce projet, par l’intermédiaire de deux pauvres sessions nommés « Ateliers » de 2 heures et qu’il n’est pas, à quelques détails près, déjà bouclé ? (CF Cerfa de 2019 dans la rubrique "Liens").

Nous vous convions au prochain atelier le 7 avril et comptons sur votre présence et votre aide dans notre action, qui n’est pas d’être de l’opposition systématique contrairement à ce que veut faire croire l’équipe municipale de la majorité, mais de présenter des projets constructifs pour l’avenir de notre ville et toujours dans une vraie concertation transparente pour et avec les Noiséens. Cela s’appelle de l’implication comme nous le « reprochait » un des élus de la majorité…

Nous voulons un quartier de qualité et pas une cité entre RD307 et tram13 !

Réunion publique sur le projet Montgolfier Mardi 16 février 2022

Pour rappel le projet Montgolfier consistera en la construction d’un ensemble de 530 logements dont 45% d’habitat social sur une superficie restreinte entre la ligne de Tram 13 et la RD 307.

Une centaine de personnes était présente, l’équipe municipale avait bien préparé sa communication avec l’aide d’un monsieur Loyal qui choisissait celui ou celle qui pouvait poser une question. Malheureusement nous n’avons eu droit qu’à un historique du quartier et de son aménagement, comme ils l’avaient fait pour le projet Chaponval. Ensuite, l’équipe municipale s’est bornée à présenter les quatre ateliers de leur programme distribué dans toute la ville. Il est à noter que ces ateliers censés être la clé de voûte de la participation démocratique des Noiséens pour l’élaboration de ce projet ne dureront qu’une heure chacun. Les gens sont repartis frustrés, aucune information supplémentaire, des poncifs en guise de réponses… Puisque l’équipe municipale prétend que le projet d’urbanisation de Montgolfier n’est pas du tout finalisé, nous ne savons toujours rien sur les emplacements, les types et hauteurs des bâtiments… Le projet Montgolfier sera visible par des dizaines de milliers d'usagers de la RD307. Par conséquent il est indispensable de mener une véritable concertation sur les éléments architecturaux du projet, en particulier les dispositions à imposer concernant l'allure extérieure des bâtiments, leur style, la nature des toitures, les exigences d'isolation acoustique... Il ne peut être question de laisser, sans aucune directive, la « bride libre » aux promoteurs les moins disant. Il ne saurait être question de laisser se poursuivre le naufrage architectural des bâtiments du Vaucheron et du Cornouiller II.

Le problème du stationnement a particulièrement préoccupé, les noiséens présents, par la disparition du grand parking de la Gare remplacé par celui du centre technique municipal, lui-même déplacé au Golfy. Ce nouveau parking public deviendra certainement, à terme, payant.

La deuxième interrogation est l’offre commerciale proposée dans ce projet. Sur ce sujet aussi rien de précis et l’équipe municipale se raccroche au « Tiers Lieu » (lieux de lien social, initiatives collectives) qui sera installé dans le bâtiment de la gare et dans lequel une épicerie bio sera proposée. L’équipe municipale reprend également à son actif l’entreprise de brasserie qui sera hors du périmètre délimité pour ce projet Montgolfier.

Maintenant passons aux contre-vérités :

- Le conseil municipal affirme que les logements du parc social seront attribués en priorité aux Noiséens et seront constitués à 50% de logements au 1% patronal (c’est-à-dire pris en charge par les entreprises pour leurs salariés) :

FAUX : le 1% patronal revenant trop cher aux entreprises ce procédé devient rare (exemple seulement 1 logement bénéficie du 1% patronal pour la future livraison du « Clos La Roseraie »). De plus la commune étant carencée, la Préfecture impose ses locataires en lieu et place de ceux attribués à la commune. Pour le Cornouiller II les 25 logements attribués à la ville pour les Noiséens et Baillacois ont été retoqués par la préfecture mais grâce au service social de la ville et sa pugnacité nous les avons récupérés, mais la prochaine fois qu’en sera-t-il ?

- Le conseil municipal affirme qu’une place de parking par logement est prévue :

FAUX : dans l’environnement d’une gare seul 1 parking pour 2 logements est prévu, soit 0,5 parking par logement social. De plus le coût du parking étant en sus du loyer les familles ne louent pas obligatoirement de place de stationnement et donc occupent les parkings publics et trottoirs. C’est ce qui se passe déjà pour le Cornouiller II, les parkings restants vides tandis que les voitures se garent sur le trottoir, dans le quartier de La Quintinye déjà saturé.

- Le conseil municipal affirme que cela ne coûtera rien aux Noiséens :

FAUX : le prix des infrastructures (routes, école, crèche …) n’est pas chiffré. L’équipe municipale omet de dire qu’elle se porte systématiquement caution solidaire en garantie des défaillances potentielles des bailleurs sociaux. Exemple pour le « Clos de La Roseraie » le montant de la caution solidaire est de 268 000 euros pour 21 logements. Ce fut le cas aussi pour Cornouiller I et Cornouiller II.

-La nouveau quartier ne sera pas excentré car relié au centre commercial par des pistes cyclables. Seule réponse apportée par la municipalité à cette problématique pendant la réunion. Comment aller faire ses courses en vélo pour les familles ? Une UTOPIE .

- Des « Cônes de vue » seront créés pour que les logements aient une vue sur la Plaine de Versailles. Entre RD307 et Tram13, ils auront du mal à entendre le chant des oiseaux.

En dehors de toute cette communication municipale, il est grand temps que les noiséens prennent en main le développement urbain de leur ville, les 4 brefs ateliers, en forme de travaux dirigés, n’y suffiront pas.

COLLOQUE CHAPONVAL DU 16 OCTOBRE 2021 :

« Ciel, ma Ville ! »

Nous sommes nombreux à nous soucier de l’urbanisation de Noisy le Roi. Le 16 Octobre a eu lieu un colloque sur l’avenir de la zone dite Chaponval (28 hectares) et ses futures constructions.

Etaient présents Mme La Députée, Monsieur le Président de VGP, les maires alentours, les propriétaires terriens, la Ferme de Pontarly , l’association APEPV et des promoteurs.

Pour vous éclairer vous pouvez revoir ce colloque sur la page Facebook de la mairie et poser vos questions sur chaponval2030@noisyleroi.fr.

Nous vous livrons nos impressions :

- L’absence du Préfet qui, pourtant, a déposé un arrêté de carencement de la ville et ainsi se réserve le droit de préempter tout terrain en vente (les établissements Moreux, principaux propriétaires de ce domaine seraient-ils pressés de vendre avant d’avoir une proposition au rabais de la part du préfet ?)

- L’absence de l’EPFY (Etablissement Public Foncier des Yvelines) avec lequel la mairie a pourtant signé une convention spécifique pour cette zone de Chaponval. Il fera partie intégrante du projet …

- La présence surprenante et prématurée de promoteurs immobiliers.

- Certains intervenants ont mis en garde notre maire sur l’importance de la modification du PLU qu’il vient de faire voter en Conseil Municipal et qui sera lourde de conséquences sur la politique d’urbanisation de la ville pour au moins les 10 années à venir : Francois de Mazières / Président de la communauté d’agglomération de Versailles Grand Parc « Le PLU doit fixer les règles », « Vous êtes sur un terrain attractif, vous pouvez poser vos conditions », « Il faut que vous ayez un cahier des charges pour tous les promoteurs qui vont venir », « Vous ne pouvez pas faire des tours ici, c’est clair » , Arnaud Hourdin/Maire de Rennemoulin « Il faut que ce que nous faisons, plaisent aux hommes pas seulement à ceux qui vont y habiter mais aussi ceux qui sont à côté », Gérard Parfait/Adjoint au maire de Saint-Nom La Bretèche, « Il faut absolument maitriser ce développement, c’est essentiel au niveau de votre PLU ».

- Tous les maires quasiment ont souligné la schizophrénie de l’Etat et de la loi SRU obligeant une urbanisation à outrance et précipitée : Arnaud Hourdin/Maire de Rennemoulin, « Il nous faut des logements sociaux, mais on ne peut pas rêver en mettant des logements sociaux au même endroit, parce qu’on y fabrique des ghettos », « Il faut de la mixité », Elisabeth Rojat-Lefebvre/Directrice CAUE (Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement), « Mixité des formes de logements, mixité des activités », Laurence Morelle-Losson/Adjoint au maire de Villepreux, « Certaines villes voient les agriculteurs comme des réserves foncières », Alexandre Rueche/Ferme de Pontarly, « Le site classé (la plaine de Versailles) ne doit pas être la variable d’ajustement à une urbanisation ».

- Soulignons le beau projet de la ville voisine et amie Bailly qui consacrera ses prochains projets immobiliers de logements sociaux aux handicapés, aux parents et enfants de l’IME, et aux femmes isolées avec enfants. Idée que Noisy aurait pu dupliquer !

- Certains intervenants ont rappelé les conséquences d’un projet de tel ampleur sur les infrastructures de la ville (route, places de parkings…) et les coûts afférents : Gérard Parfait/Adjoint au maire de Saint-Nom La Bretèche, « L’important sera aussi le raccordement sur la 307 », Patrick Loisel/Maire de Feucherolles, « Chaponval est un endroit à surveiller très précisément pour que la continuité de nos lisières sur la plaine de Versailles soit respectée ».

- La Directrice de la CAU précise que le projet devrait être soumis à la commission des Architectes des Bâtiments de France, même si curieusement pour cette zone cela n’est pas obligatoire ! Nous espérons que la municipalité suivra ce judicieux conseil. (Petite pensée pour nombres de Noiséens qui ont dû se battre avec ces mêmes architectes pour pouvoir simplement installer un velux…)

- L’interview d’un architecte urbaniste nous apprend l’importance, dans les projets immobiliers, de la qualité de l’Habitat, l’orientation des appartements, de la luminosité et de la hauteur sous plafond et si possible d’un extérieur. Merci Monsieur l’architecte, nous ne le savions pas… Et merci d’avoir avoué que vous ne connaissiez pas le PLU de Noisy le Roi. Dommage de ne pas avoir préparé l’interview, nous aurions pu avoir alors des conseils judicieux.

- Soulignons l’excellente intervention du responsable de APEPV, architecte de formation, qui considère que les vœux d’un habitat de haute qualité et esthétique restent des vieux pieux au regard des montants alloués par les promoteurs de logements sociaux, Fabien Becker /APEPV (Association pour la Protection de l’Environnement de la Plaine de Versailles), « Le logement à un coût plafond donc on ne peut pas construire du logement social avec de la pierre de taille et des toitures en cuivre » réaliste par rapport aux visions angéliques de Francois de Mazières , « Votre intérêt c’est la préservation de l’environnement », de Béatrice Piron/Députée de la 3ème circonscription, « Préserver notre environnement », Arnaud Hourdin, « Il faut toujours choisir du beau »

- Le colloque, qui a commencé avec l’éloge de Chaponval par Francois de Mazières, « Un terrain totalement exceptionnel », « Vous avez une pépite » a consisté en un magnifique historique de cette zone Chaponval. Mais qu’avons-nous appris sur le projet en lui-même : Rien !

- Les questions n’étaient pas autorisées en direct mais renvoyées sur le site de la mairie avec promesse de réponse. Curieuse notion de colloque ! Mais il était rondement mené par Mr Patrice Carmouze (« Ciel, mon Mardi ! » de Christophe Dechavanne)

Mais si ce projet Chaponval est à priori à horizon 2030, le Projet Montgolfier lui est à horizon 2022-2023. Pour rappel : construction d’environ 500 logements dont 50 % de logements sociaux : les 209 cités par Monsieur Le Maire lors du colloque.

L’Esprit Village est en route !!! et pour finir trois verbatim du colloque, Francois de Mazières , « Il faut être raisonnable », Alexandre Rueche, « Préserver ce poumon vert » et Fabien Becker, « On a un ensemble de bonnes intentions mais je ne crois pas qu’à la fin on aura un ensemble exceptionnel de construit ».

Merci de déposer vos questions, remarques, suggestions et points de vue sur notre page Facebook et sur celle de la ville.